Terre brûlée La rubrique de Panagiotis Grigoriou

Panagiotis  Grigoriou est Ethnologue et historien, chroniqueur, analyste, initiateur d’un concept de tourisme alternatif  et solidaire en Grèce. Le regard de l’historien et de l’anthropologue sur l’actualité et le vécu de la crise grecque.

Terre brûlée

Terre brûlée. Nous laissons derrière nous un tel mois de juillet, à vrai dire écœurant. Votre blog, se spécialisant malgré lui dans la chronique des cynismes en vogue, il ne pouvait ainsi qu’observer un certain silence devant l’insoutenable. Le pays réel brûle sous les effets multiples et multipliés de la décomposition programmée… pendant que ses trente millions de visiteurs annuels admirent ses beautés supposées immuables. Dessin dantesque.

Incendies meurtriers. Presse grecque du 25 juillet

Ces derniers jours, sur les vieilles citadelles du Péloponnèse ne servant plus qu’à être visitées sur fond de nuages, le drapeau national était alors en berne. Nuées d’ailleurs très inhabituelles aux dires des tous pour un mois de juillet finissant. “Méfions-nous de ce qui peut nous arriver cette année en mer ; nous n’avons pas encore vu le meltémi”, (vent habituel estival en mer Égée) “et les bourrasques inopinées sont de plus en plus nombreuses. Oui, le temps n’est vraiment plus ce qu’il était…” explique un des nos amis, skipper professionnel depuis plus de trente ans. En effet.

Dans la succession d’événements entre le choc et le deuil, tout deux d’ailleurs jamais accomplis jusqu’au bout il faut dire, ces incendies meurtrières ont été déclarées très étrangement à la suite d’une période où la protestation et autant l’écœurement sont de nouveau de mise chez les Grecs, cela, rien qu’au sujet de la piètre politique macédonienne du “gouvernement”. Au même moment, la marionnette Tsípras s’apprête à céder davantage devant l’interventionnisme direct et indirect de la Turquie d’Erdogan en Thrace Occidentale, déjà pour ce qui tient de la nomination des Mufti. Thrace Occidentale, région grecque en partie peuplée de musulmans turcophones, sachant que la majorité parlementaire des Tsiprosaúres ne tient qu’aux deux à trois députés issus de la minorité musulmane en Thrace, et qu’Ankara serait alors en mesure à les manipuler.

C’est également le temps géopolitique très dense, lorsque par exemple les États-Unis et Geoffrey Pyatt, leur Ambassadeur à Athènes…après Kiev, auraient signifié aux pantins de la politique locale, que le piètre accord macédonien doit être ratifié coûte que coûte et ceci, même si les Grecs s’y opposent à près de 80%, histoire de faire entrer la Macédoine Slave, dite “Macédoine du Nord”, au sein de l’OTAN.
Histoire surtout de faire barrage à l’influence des Russes dans les Balkans. Un très vieux jeu…sans cesse renouvelé.

Drapeau en berne. Péloponnèse, juillet 2018
Dystopie ambiante et figurée. Athènes, juillet 2018

Notons qu’il y à peine trois semaines, plus exactement le 11 juillet dernier, et comme par hasard à la veille du sommet de l’OTAN, le “gouvernement” Tsípras avait expulsé deux diplomates russes au motif avancé de leur prétendue intervention aux affaires internes grecques au profit des opposants à l’accord Macédonien. C’est tout de même, une première historique pour la Grèce, car jamais Athènes n’avait exécuté de telles mesures visant la diplomatie russe, étant donné les liens historiques, religieux et culturels entre les deux peuples remontant à Byzance. Du jamais vu donc, même du temps des Colonels (1967-1974), voire, de la Guerre Civile (1944-1949) entre les communistes et la droite. Même parmi les analystes proches des cercles de l’OTAN à Athènes, cette mesure a été critiquée pour son aventurisme… de l’échine courbée, à l’instar par exemple d’Athanássios Droúgos le 13 juillet dernier.

Les Grecs savent que derrière… l’avènement Tsípras et de sa clique au pouvoir, il y a un agenda géopolitique imposé que d’ailleurs nous découvrons plutôt soudainement coup après coup. La marionnette Tsípras irait très probablement jusqu’au bout alors proche dans cet agenda à peine dissimulé d’ailleurs depuis l’arrivée de la Troïka en Grèce et de sa politique dite d’austérité. Agenda qui conduirait en cas de réussite, ni plus ni moins, à la disparation culturelle, nationale, sociale, sociétale, démographique et même partiellement territoriale de la Grèce contemporaine, telle est toute… la préparation des Tsípras et d’ailleurs des Mitsotákis qui arrivent derrière.

Sauf qu’il y a urgence, car les Grecs se réveillent même… tétanisés, d’où cette urgence semblable quant à la mécanique sociale, cette dernière rajoutant du choc au deuil et du deuil au choc depuis près de huit ans maintenant. Et voilà que ces incendies en Attique Ouest et Est, visiblement volontairement provoqués supposons par de simples pyromanes (?) avec près de quatorze foyers initiaux simultanés lorsque la météo avait prévu la grande violence des vents soufflant jusqu’à 90 km/h, sont ainsi “arrivés” on dirait… à point nommé en Grèce.

Cloches et alerte. Météores, Thessalie, juillet 2018
Touristes. Athènes, juillet 2018
Volcan ancien. Péloponnèse, juillet 2018

Comme l’écrit mon ami Olivier Delorme sur son blog, le pays est: “seule face aux spéculateurs qui ont mis la Grèce à genou en 2010, seule face aux provocations et violations de sa souveraineté par une Turquie, dont on sait aujourd’hui, par le témoignage de l’ancien Premier ministre Yilmaz, que ses services spéciaux furent à l’origine de vagues d’incendies dans les îles durant les années 1990…”

Le jour des incendies et au-delà des causes structurelles du drame humain, car il ne s’agit pas d’une catastrophe naturelle, -concernant un habitat au départ illégal sans P.O.S. (Plan d’occupation des sols) et légalisé ensuite, sur une zone agricole, boisée seulement à partir des années 1950 pour ce qui est des communes les plus touchées-, les services de l’État mémorandaire grec ont complètement failli dans leur gestion de la crise, et c’est le moins que l’on puisse dire. À très juste titre cette impréparation grecque liée aux politiques imposées par la Troïka, a été dénoncé par le Sénateur de la majorité Alberto Bagnai en Italie, et son intervention fustigeant la supposée “solidarité européenne d’une meute de loups” a bien été signalée en Grèce par les analystes grecs à l’instar de Dimítris Konstantakópoulos sur son blog.

Sur le terrain et d’abord, aucun signal d’alarme n’a été déclenché et aucun plan d’évacuation de la population n’a été mis en exécution, quotidien “Kathimeriní” du 1er août. Parallèlement, la circulation sur l’avenue de Marathon avait été déviée de manière criminelle vers les zones d’habitant près de la côte, au lieu d’être interrompue. Les automobilistes de passage envoyés ainsi tout droit jusqu’au cœur de l’incendie par les autorités, autant que les habitants sous l’effet de la panique, ils ont été ainsi piégés et parfois brûlés vifs. “Les policiers, qui se trouvaient sur l’avenue Marathon, exécutaient bien des ordres. S’ils avaient reçu l’ordre d’arrêter la circulation et de renvoyer les voitures, plutôt que de les dévier tout droit vers le cœur du désastre, ils le feraient. L’erreur fatale est clairement due à un manque total de coordination. Les Pompiers, la Police, les municipalités et la Région d’Attique participent ainsi de cette catastrophe. La responsabilité de la coordination (…) incombe pourtant à la Protection Civile, laquelle n’a pas fait son travail”, quotidien “Kathimeriní” du 1er août.

Animal adespote. Péloponnèse, juillet 2018
Grecs à la plage. Péloponnèse, juillet 2018
Boire de l’eau dans les restes antiques. Épidaure, juillet 2018

Au même moment, aucun des systèmes d’alerte supposés établir le contact entre les différents postes de la Police, des Pompiers ainsi que le fameux numéro 112 n’ont fonctionné, ceci, entre coupes sobres dans les budgets depuis 2010 et aussi, entre le népotisme et l’irresponsabilité criminelle des gouvernants SÝRIZA compris. On sait que de nombreux officiers des Pompiers ont été remerciés et sortis du service, pour qu’un de leurs collègues, certes beaucoup moins bien noté mais cependant Syrizíste patenté, puisse être nommé à leur tête, sans la moindre expérience sur le terrain des incendies en Attique, région pourtant capitale, où d’ailleurs près du 40% de la population du pays y réside. Pauvre pays historique… et inflammable. Nos touristes n’auront finalement remarqué que cette inhabituelle grisaille météorologique dans le ciel de l’Acropole, et également du site bien théâtral d’Épidaure. Grèce éternelle des clichés accomplis partis en fumée !

Nous sommes déjà à une plus d’une semaine de ce jour sombre du lundi 23 juillet dernier. Au soir de ce même lundi, et pendant que les informations sur les première victimes étaient déjà connues, Aléxis Tsípras devant les cameras de la télévision publique, n’en faisaient pas la moindre mention. Au gouvernement, on faisait déjà semblant que de minimiser l’ampleur du drame. Un show télévisé à but de communication et de gestion du temps politique. Mardi, le jour d’après, Aléxis Tsípras dans une allocution télévisée, déclare que “rien et personne ne sera oublié”. Mercredi, le porte-parole du gouvernement annonce des mesures à l’aide des victimes, à savoir, le… report des obligations fiscales de six mois et 5.000€ d’aide par foyer… complètement dévasté.

Aléxis Tsípras au soir du grand incendie. Presse grecque

Jeudi, devant les réactions sociales et alors l’immense colère des Grecs, le ministre de la défense Pános Kamménos se rend à la localité sinistrée de Mati, pour rejeter la responsabilité de la tragédie sur les seuls résidents locaux. Le soir du même jour, avait été tenue une conférence de presse qui restera dans les annales et que personne n’oubliera avant plusieurs années. Tóskas, ministre de l’Intérieur et de la Protection du Citoyen (sic), et Tzanakópoulos, porte-parole du gouvernement, à travers leur conférence de presse alors outrancière, ils ont fait valoir que d’après leurs propres investigations, il n’y a pas d’erreur dans la gestion des incendies et ils ont même rajouté que l’évacuation de la population était impossible. Trois jours après, ce même Tóskas a avoué avoir proposé dès le premier jour sa démission, sauf que Tsípras ne l’avait pas accepté.

Épidaure, juillet 2018
L’incendie de 1917. Thessalonique, juillet 2018
L’incendie de 1917. Thessalonique, juillet 2018

Le boomerang de la propagande se retourne alors contre le gouvernement. Ainsi, vendredi dernier, Tsípras se voit contraint de convoquer un conseil ministériel d’urgence… pour déclarer qu’il assume toute la “responsabilité politique” dans ce drame, sans formuler des excuses, car essentiellement niant toute responsabilité gouvernementale, évoquant plutôt la force du vent, les irrégularités quant au POS, puis ces “sombres centres voulant déstabiliser le gouvernement”.

Les révélations durant le week-end furent pourtant choquantes. Certains officiers de la Police et des Pompiers qui se trouvaient dans l’œil du cyclone au moment de la catastrophe, ont démontré qu’un certain nombre de morts était déjà connu dès lundi soir, au moment justement, où Tsípras organisait son… show télévisé.

Ils se sont passés déjà plusieurs jours. Aléxis Tsípras avait certes le temps pour visiter les lieux du martyre. Sauf qu’il ne voulait pas être exposé à la colère populaire. D’après ses calculs, rien que par les stratagèmes de communication, il surmonterait alors la crise. Finalement, Tsípras a visité les lieux de la tragédie à Mati, une semaine après l’incendie, à savoir le 30 juillet. Une visite très vespérale après 6h du matin, une visite autant non annoncée et tenue secrète, finalement suivie d’une seule camera…“prédestinée”. Cette visite a autant provoqué para suite les vives réactions de la presse pour son caractère savamment improvisé, à savoir, sans journalistes ni caméras. Aléxis Tsípras était d’ailleurs arrivé à Mati, au moment exactement où de nombreux journalistes et médias se trouvaient sur le port proche de Rafína pour couvrir l’accident du ferry rapide FLYINGCAT 4, lequel a heurté le quai du port.

Épidaure, juillet 2018
Prier. Météores, Thessalie, juillet 2018

Cette visite de Tsípras n’aura finalement duré qu’un peu plus d’une heure, sans évidemment rencontrer la population et encore moins sa colère, selon la presse grecque du 30 juillet.

Depuis, la contre-attaque du gouvernement se résume en sa volonté affichée de démolir bon nombre de constructions hors POS en Attique, histoire de renforcer le clou de la seule responsabilité des habitants, quotidien “Kathimeriní” du 1er août. C’est en même temps et une fois de plus, taper fort sur cette classe moyenne, laquelle n’est d’ailleurs plus du tout sa supposée clientèle politique. C’est facile et surtout, c’est de la sorte du fait politicien, avant toute autre considération.

Maríage. Thessalonique, juillet 2018

Et ce n’est d’ailleurs plus du divorce qu’il s’agit entre les supposés citoyens et la classe politique, la gauche Syrizíste en tête, mais d’une relation emplie de haine. Et la haine… n’est jamais très bonne conseillère comme on sait.

C’est ainsi “l’été qui est devenu la mort”, d’après le reportage du quotidien “Kathimeriní”, sur place, l’appréciation est fort juste. Au reste du pays supposé normal, nos touristes souriants se promenèrent entre nos ruines antiques sans trop distinguer nos ruines contemporaines, tandis que les Grecs quant à eux, ils fréquentent les plages du coin la glacière sous les bras. Comme du temps des débuts de la classe moyenne.

Hasard du calendrier, Thessalonique, deuxième ville du pays et fière capitale de la Macédoine grecque, commémore à sa manière par une très belle et émouvante exposition, le grand incendie qui a dévasté une bonne partie de la ville historique, c’était en 1917.

Au pays présenté comme béni, on priera toujours pour se faire entendre des divinités, pendant que nos animaux adespotes boiront de l’eau dans les restes antiques. La dystopie ambiante et figurée est certainement dépassée par la dystopie galopante des temps toujours présents, les Grecs sont accablés, perdant ainsi leur pays et parfois même leurs vies et son sens avec. Pourtant ils se réveillent…

Prier. Thessalonique, juillet 2018

Votre blog, aussi attristé n’a pas pu ni voulu réagir à chaud, ni publier pour une énième fois, les terribles images déjà connues via la presse grecque et internationale.

Sur notre petite plage préférée, près de trente personnes ont trouvé la mort et on y récupère encore leurs corps carbonisés au gré des vagues et des courants marins. Nous n’y retournerons plus, et voilà que notre univers se rétrécie encore davantage, dans la mesure où à travers ce beau pays qui est censé être le nôtre, nous ne voyageons pratiquement plus que pour travailler.

Après tout, notre ami skipper, il a raison, méfions-nous de ce qui peut nous arriver cette année en mer… comme sur terre. Le temps n’est vraiment plus ce qu’il était. Sauf pour nos terribles animaux adespotes.

Animal adespote. Péloponnèse, juillet 2018
* Photo de couverture: Humain du temps passé. Musée de Mycènes, juillet 2018
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *